10 février 2008

Fuck me, I'm not famous (Part III)

Le trouble psychiatrique n’est pas un choix comme l’a dit Mad Djerba. Soi je suis malade soi je suis sein, il n’y a pas d’autre alternative. Mais comme je l’avais expliqué précédemment, découvrir que je suis atteint par un trouble ne me causera pas tant de peine. Honnêtement, ce qui m’inquiète le plus ici c’est mon ignorance. J’ignore tous sur moi-même, sur ce que je suis et, évidemment, sur ce que je deviendrai plus tard. La seule chose que je n’ignore pas c’est mon passé. Vous avez sûrement remarqué que même pour le passé j’ai employé le verbe ignorer dans la forme négative, cela supposerait que j’ai uniquement une petite idée sur mon passé, je ne suis pas sûr de le savoir. Je ne veux pas entrer dans de tel détail mais je vais le faire quand même. Je pense que je ne suis pas bien placer pour dire que je tiens mon passé en main. Parce que quand je découvre que j’entends sans écouter, je regarde sans voir et que je pense sans réfléchir je me dis qu’il y a forcement un truc qui déconne chez moi. En revanche, mon passé, tel que je le vois maintenant, ne présente pas de problèmes. Au contraire, avant, c’était beaucoup mieux qu’aujourd’hui et il n’y avait pas de faits marquants pouvant expliquer le malaise actuel. Tous ça pour dire que mon passé me semble clean cependant le narrateur essaye de me convaincre que la cause de toute cette peine est cachée dans l’un de ces tiroirs. A vrai dire, ça me parait logique. Je vais tenter à présent d’explorer cette peine pour savoir si elle est réelle ou pas. Il est vrai que je la ressens, je la ressens quasiment tous les jours mais je me dis qu’elle pourrait être une illusion. Je ne sais pas. Il est à signaler ici que je la sens plus quand je suis en public moins quand je suis seul, l’inverse est parfois vrai, mais c’est généralement le cas. La douleur se divise en deux. Un premier degré et un second: le premier n’est pas inquiétant, d’ailleurs tout le monde le ressens. C’est une simple inquiétude, de simple angoisse. Par contre le second degré fait du mal, il accélère le rythme cardiaque, il cause des maux de tête, il freine la respiration, il me fait sentir que je suis prisonnier, il me donne une grande envie de pleurer,… Il n’existe pas de comportement spécifique à chaque degré et il n’existe pas une bonne façon pour gérer la situation. Quand je suis seul et qu’elle est du premier degré il me suffit de jouer à la PES, de voir un film ou d’écouter ma musique préférée par exemple pour me sentir mieux. Si elle passe au second degré, je pars chercher quelques bons amis ou je les appel. Ça ne m’aide pas beaucoup mais bon. Le second degré ne me quitte que lorsque j’aille dormir, après que mon cœur aurait battu tellement fort à 200 à l’heure. Le résultat n’est pas garanti bien sur, c’est tellement aléatoire que ça me rend encore plus fou. Quand je suis avec d’autres gens, c’est autre chose. Les gens c’est ma famille, mes amis, mes soi-disant-amis et mes collègues à la fac. Cette classification ne sert à rien puisque les autres je les vois ainsi: ma famille, les amis dont j’ai toujours besoin d’eux, les amis dont j’ai parfois besoin d’eux et les autres. Je dois l’avouer, c’est un peu égoïste et hypocrite de ma part mais j’y peux rien (je reviendrais plus tard sur ça). God damn it ! Je cois que la dernière classification n’a pas de sens non plus. Je dirais que c’est moi et les autres tout simplement.

To be continued…

4 commentaires:

incontournable a dit…

Grandes difficultés à lire tes posts...La page de ton blog ne tiens pas.....

salah a dit…

Je commence à comprendre ton cas peu à peu et je crois que c'est une angoisse. On l'appelle en Anglais "anxiety". L'anxiety peut avoir plusieurs formes et peut être liées à plusieurs choses: anxiety de l'échec, des gens, de l'incertitude et plein d'autres choses. Il est difficile de savoir la cause de cette anxiety sans consulter un psy qui t'aidera à mieux te comprendre. Mais le plus important c'est que des fois on cherche à tout comprendre et on se fatigue trés fort et à la fin je te dis: pourquoi tu veux tout comprendre sur toi? crois tu que tu vas un jour tout comprendre sur toi?! est ce que tu cherches la certitude?! l'exactitude? Chercher à tout comprendre est une tâche trés difficile mais aussi pénible et peut nous éloigner du plaisir de vivre dans l'ambiguité. des fois il faut savoir pouvoir vivre avec un minimum d'ambiguité. Inutile de cherche à tout comprendre!
Cette peure que tu as est psychosomatique c'est à dire que elle commence dans l'esprit et puis elle fait des effets physique comme le battement du coeur dont tu as parlé. Tu peux avoir un peu mal à l'estomac et à la tête etc. Comme j'ai dit avant tu peux être le cas qui se demande sans cesse: "oh qu'est ce que c'est cette peure?! qu'est ce que je peux faire pour l'arrêter? qui peut m'aider? mon dieu peut être personne ne peut comprendre ce que j'ai? est ce va être permanent? est ce qu'elle va me causer des problémes de santé?!! est ce que ça peut me causer telle ou telle maladie etc. et ainsi de suite... Je t'ai dit déjà tu es entrain d'employer toute la force que tu as pour comme quoi combattre cette sensation que tu trouves désagrébale. Je te dis n'essaye plus à la combattre dis à ces sensations que tu les acceptes, tu vas vivre avec, elles ne vont pas te faire mal! ça fait un bon bout de temps que tu les as il n'y aura pas d'autres choses et c'est pas si dangereux que tu le croyais. Ne cherche surtout pas à les illiminer ou à leurs mettre fins... Non dis à toi même que ces sensations vont rester et tu vas vivre avec; Come ça tu découvres que ces sensations sont en fait biens et ne te font pas mal du tout. ce qui t'as dérrangé par contre est le fait de vouloir comprendre, le fait de vouloir te débarrasser d'une chose qui n'existe pas!!! C'est vraiment le souci de vouloir comprendre et vouloir te débarraser de ces senstations qui te fait mal... Dis toi je suis vaincu et j'accepte cet "échec" comme ça toute ta vie sera pleine de réussite... Saches une chose: ce que tu es en train de sentir n'est pas une experience qui arrive à toi uniquement c'est une experience que tout le monde peut avoir à tout moment de la vie... Un de ces jours tu sera trés fier de cette expérience qui t'a appri beaucoup de chose et ta personalité sera trés forte crois moi...

Mad Djerba a dit…

Je suis en partie du même avis que Salah, sauf que tu n'es pas en situation d'échec et tu n'es pas vaincu. Ecrire est une bonne chose, la parole libère mais tu dois surtout consulter un médecin. N'aies pas peur, un jour tu verras le bout du tunnel et tu sortiras enrichi de cette "expérience".
Cordialement,

Anonyme a dit…

Je suis passé par cette expérience et c'était trés trés trés fort mais à la fin j'ai pu m'en sortir et c'est pour ça que j'ai dit tu deviendra fier et trés fier de cette expérience car tu te sentira moins vulnérable qu'avant. Tu sentira que les gens autour de toi peuvent avoir cette expérience à tt moment alors que toi tu l'as eu déjà tout comme la rougeole = "7osba" Mais surtout il ne faut pas pousser il faut relacher, il faut accepter et faut il faut savoir aimer ça. ça peut être magique et ça prend un peu de temps ne compte pas les jours et les heurs : quand tu vas t'amuser ne te dis surtout pas est ce que je vas pouvoir oublier mon probléme? est ce que ça va être efficace? non non non il faut apprendre à accepter !!! Pouvoir accepter une trés grande force!